A voile et à valeur

Je suis extrêmement ennuyé. De crainte de subir les foudres de la XVIème chambre correctionnelle de cette justice de cour, plus prompte à condamner un gilet jaune, première génération, qu’un Alexandre Benalla, je n’ose employer les multiples épithètes désobligeantes qui me viennent à l’esprit pour interpeller le pensionnaire provisoire de la rue Saint Honoré.

Je m’en tiendrais donc à un assez vulgaire M’sieur Manu mais je laisse le soin à mes lecteurs, in pectore, de le nommer comme ils l’entendent.

Donc M’sieur Manu est en visite officielle à La Réunion. Greta lui a fait les gros yeux car le « AirForce One » présidentiel, et les convois de véhicules dans les rues vides de St Denis, polluent beaucoup, mais il n’en a eu cure.

Il fallait au moins cela pour débiter une bêtise et une déclaration criminelle.

D’abord la bêtise. « Pour lutter contre la vie chère La Réunion doit accroitre la production locale » Sachant que la taille moyenne d’une exploitation agricole est inférieure à 20 ha, contre 78 ha au niveau national, que la majorité de la production est la canne à sucre, sur une ile essentiellement occupée par deux strato-volcans, avec une densité de 340 hbts/km2 et une forte pression urbaine, il va falloir sérieusement retrousser les manches …. Je ne lui conseille pas de tenter de faire pousser quoique que ce soit dans la plaine du  Grand Brulé  au sud du Piton de la Fournaise. Faudra également trouver du pétrole, du gaz, installer des usines automobiles, le coût d’une voiture est plus élevé en moyenne de 7 à 20%. Faudra également revoir le dispositif d’octroi de mer qui taxe non seulement les importations mais également les productions locales.

Bref du Macron dans le texte qui croit régler un problème extrêmement complexe d’une simple phrase lancée à la cantonade. Mais nous en avons désormais l’habitude.

Plus grave et plus inquiétante est sa déclaration « le voile dans l’espace publique, ce n’est pas mon problème »

Ah bon !

Quand M’sieur Manu comprendra que le voile islamique ostensiblement porté dans les quartiers où « l’humoriste » Bellatar conseille, sans réaction officielle, au Ministre de l’Éducation de ne pas se rendre, n’est pas un simple vêtement.

Je mets « humoriste » entre guillemets car je pense, qu’à l’entendre ou le lire, les Desproges, Yanne et autre Devos, doivent virevolter dans leurs tombes.

Le voile islamique est un étendard politico-religieux.

C’est dans nos rues et sur nos trottoirs, à coté de nos enfants, le drapeau de Daesh, le drapeau d’Aqmi, le drapeau du FIS et le drapeau de Boko Aram qui défilent en tête du long et sanglant cortège de leur victimes, égorgées, éventrées, émasculées.

C’est la manifestation visible de ce que les sondages nous disent. 27% des musulmans pensent la charia supérieure aux lois de la République, ce pourcentage montant à près de 50% chez les moins de 25 ans.

Et cette manifestation insupportable, mortifère pour notre société, y compris pour beaucoup de nos compatriotes musulmans, ne serait pas le problème du Président de la République.

J’ai vécu 18 ans en Algérie. Je voyais moins de voile dans les rues d’Alger que je n’en vois aujourd’hui dans les rues de Montpellier. Certes nombre de femmes âgées portaient le voile et le haïk, mais c’était le vêtement traditionnel sans revendication religieuse exacerbée, d’ailleurs different selon qu’elles étaient berbères ou kabyles. Beaucoup d’entre elles travaillaient chez des européens et enlevaient ces atours sans problème. Dans la cour d’immeuble d’un ami, en pleine casbah, on fêtait, ensemble, nos fêtes religieuses, juives, musulmanes ou catholiques et je n’ai pas le souvenir d’une désertion de la cantine du lycée Bugeaud pendant le ramadan.

Cette déclaration présidentielle est criminelle.

Elle enterre encore plus profondément dans l’oubli les victimes, au nom d’Allah, notamment celles de Charly, du Bataclan, de Nice, de Magnanville …. ou récemment celles de la préfecture de police

Elle encourage et donne raison à ceux qui, dans les cités, font pression sur les françaises de confession musulmane qui résistent, envers et contre tout, à l’islamisme politique, mais qui dans une société de liberté, respectueuse de la République, ne devraient pas avoir à le faire.

100 voix musulmanes viennent de s’élever contre l’islamisme politique. Au moins celles là on ne pourra pas les taxer de racistes ou d’islamophobes.

En revanche j’attendais la démission de Schiappa, toujours prompte à dénoncer l’antiféminisme, mais étrangement absente lorsqu’il s’agit de renvoyer la femme à l’obscurantisme et d’enfermer son corps dans une carapace idéologique, ce à quoi la déclaration de M’sieur Manu conduit.

Décidément M’sieur Manu, nous n’avons pas les mêmes valeurs.

A toutes fins utiles je joins à ce texte quelques photos des manifestantes, à Alger, que mon ami Bachir m’a adressées. Elles sont femmes, elles sont belles et elles ont raison de le montrer.