S'il est vrai que la marque infaillible d'un mauvais règne est l'excés des louanges adressées au monarque, on sait ce qu'on doit penser de notre présent régime.

Jacques Soustelle

Patience, plus que ..
·seconde(s)·
·minute(s)·
·heure(s)·
·jour(s)

Il ne s’agit pas de ne pas reconnaitre les situations dramatiques que peuvent subir les migrants. Assez peu nombreux sont ceux qui relèvent du droit d’asile car leur vie, pour différentes raisons est menacée. Ceux là ont évidemment besoin d’être mis en sécurité et pris en charge par la solidarité internationale.

La majorité des migrants, que je continuerai d’appeler clandestins en situation irrégulière, sont des hommes jeunes, en plein force de l’âge qui viennent tenter leur chance en Europe et si possible dans les États les plus laxistes et les plus immodérément généreux.

Je sais bien que le discours sur les devoirs et obligations de leur nation d’origine est largement dépassé. Le politiquement correct interdit de poser la question de la manière dont ces États, africains en l’occurrence, assurent leur développement économique et partant la prospérité de leur peuple.

Interdit de poser la question de la gestion des matières premières, pétrole, minerais, bois etc... dont ils sont dotés.

Interdit de rappeler que les « colonisateurs » (quelle horreur) ont doté ces pays d’infrastructures de transport, de santé, de formation etc… de haute qualité

Interdit de rappeler qu’une grande, la plus grande, partie de l‘aide internationale finit dans les comptes off-shore des dirigeants de ces pays.

En bref, interdit de simplement évoquer la primordiale responsabilité des dirigeants de ces pays dans les malheurs qui frappent leur peuple.

Une fois ces interdits posés on peut commencer à se lamenter dans les chaumières et faire porter la responsabilité sur les pays européens en général et sur les anciens colonisateurs en particulier.

Et immédiatement Taubira se répand dans la presse dans un « J’accuse », largement relayé par la gauchosphère, où elle n’hésite pas à invoquer les boat-people vietnamiens chassés sur les routes de l’exode par l’un des pires régimes communistes que la terre ait connu et qu’elle a dû soutenir en son temps, ou pire, à évoquer les rapatriés pieds-noirs dont je crois me souvenir qu’ils étaient français alors que ses copains communistes et socialistes souhaitaient les rejeter à la mer.

On a vraiment là la preuve qu’en matière de flux migratoires on peut dire n’importe quoi.

Mais revenons à l’Aquarius qui a soi-disant sauvé les naufragés au large de la Libye. 

Or tout le monde sait que c’est faux mais seul Mattéo Salvini a le courage de le dire et d’en tirer les conséquences. 

Je rappelle qu’au moment ou les médias se précipitaient à Valencia les gardes cotes italiens débarquaient 500 vrais naufragés dans l’indifférence médiatique totale.

Je rappelle également que lorsque Frontex a augmenté le nombre de bateau de sauvetage en Méditerranée, les passeurs très bien renseignés et très « habiles » à s’adapter ont commencé d’utiliser de vrais poubelles flottantes pour transporter leur « cargaison », assurés qu’ils étaient de la vigilance des sauveteurs européens. Les gouvernants empêtrés dans le politiquement correct et les médias avides de sensationnel ne peuvent l’ignorer.

Donc tout le monde sait que les passeurs connaissent avec exactitude les coordonnées de positionnement des bateaux des ONG et l’heure du rendez vous.

Il ne reste plus, sans grand danger, qu’à transférer les migrants à bord. 

Il n’est que de constater que lorsqu’ils débarquent en Italie ou à Valencia par exemple, ils trainent derrière eux des grosses valises ou des gros sacs, voire des poussettes, « sauvés du naufrage » évidemment.

A supposer que l’on admette la fable du sauvetage en mer de ces naufragés il reste des questions en suspens.

C’est la Convention internationale S.A.R. (Search And Rescue) signée le 27 avril 1979, à Hambourg qui établit les règles de la recherche et du sauvetage en mer.:

- obligation pour les états côtiers signataires de créer sur leur sol au moins un centre de veille des alertes et de coordination des sauvetages (MRCC : Maritime Rescue Coordination Center).

- afin de mieux organiser les opérations de sauvetage, division des mers et océans en plusieurs zones distinctes au sein desquelles les États signataires collaborent (SRR : Search and Rescue Region).

-les États signataires s’engagent dans ces zones (zone de responsabilité SAR) et y assurent la supervision et l’exécution des opérations de sauvetage des personnes en détresse. .

- collaboration des différents États pour mener à bien les opérations de sauvetage (coopération entre MRCC).

 

La carte ci dessous indique les SRR de la Méditerranée occidentale: 

SRR

Entre Malte, où se trouvait l’Aquarius lorsque Salvini a refusé de l’accueillir et Valencia, le bateau de l’ONG, outre celle de Libye, a traversé la SRR de Tunisie et celle d’Algérie. 

Si le but de la manoeuvre avait été de sauver des naufragés je ne doute pas que l’ONG aurait fait la demande d’accueil et ces deux pays auraient certainement donné leur accord.

Mais manifestement le but recherché était bien de faire venir en Europe des migrants économiques pas plus naufragés que vous ou moi !

Oserais-je évoquer une éventuelle complicité entre les passeurs de clandestins et certaines ONG …?

Oserais-je évoquer la main du milliardaire hongrois Georges Soros dans ce mic-mac comme l’a fait le gouvernement Orban qui a interdit toute activité des associations « sorosiennes » en Hongrie.

Commentaires   

0 #1 Fondac 20-06-2018 21:50
J'ai été très surpris par la fraicheur de ces migrants à la descente du bateau... pour des gens sui n'en pouvaient plus, sous alimentés, malades.... cela m'a chagrné. Ces mauvaises pensées perturbe l'homme de gauche que je suis....
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir