S'il est vrai que la marque infaillible d'un mauvais règne est l'excés des louanges adressées au monarque, on sait ce qu'on doit penser de notre présent régime.

Jacques Soustelle

Patience, plus que ..
·seconde(s)·
·minute(s)·
·heure(s)·
·jour(s)

Certains de mes lecteurs se sont inquiétés de mon silence au cours des dernières semaines. Je les rassure.

Il était dû à la co-écriture d’un livre de souvenirs sur l’Algérie « d’avant » et la production d’un livre, en cours, sur l’histoire des églises de Saint-Florent.

Je vous en reparlerai plus tard.

Je vous ai laissé lors de l‘affaire Benalla et après que Macron ait eu l’indignité de célébrer la mémoire d’un traitre.
Je vous retrouve au moment de la grogne qui jaunit les ronds-points de France.

Bienheureux soient les Conseils départementaux …. Que n’a-t-on dit sur la fièvre asphaltique couvrant de ronds-points nos routes départementales. Que c’est rafraichissant ce jaune tranchant sur la verdure des ronds-points surmontés du tricolore national souvenir de 1789. Quelles belles photos. Imaginons un instant les mêmes scènes à des carrefours sans grâce tristement équipés de feux tricolores panafricains ou guinéens.

Et puis quel bonheur.

Au moment où la Grande Bretagne s’enfonce dans le Brexit c’est sur des ronds-points à l’anglaise que s’épanouit la grogne française.

Et puis quel bonheur.

C’est dans ces ronds-points que nos gilets jaunes bloquent la priorité à gauche ….

Qu’ils sont beaux ces illettrés de chez Gad, ces alcooliques du Nord, ces criminels contre l’humanité, ces riens qui respirent l’air pur des campagnes au lieu des miasmes des couloirs du métro, ces ouvriers menacés de chômage alors qu’il y a du travail à 200 km, ces jeunes qui allaient sur le trottoir d’en face et qui finalement se sont arrêtés au milieu, ces retraités qui ont travaillé plus de quarante heures par semaine et qui maintenant aident les enfants et gâtent leurs petits enfants au lieu de cracher au bassinet de la CSG, ces agriculteurs qui se tuent au travail sans vacances à Bregançon et avec comme seul espoir de toucher une retraite dérisoire. Bref ce peuple de France, gaulois certes, pas plus réfractaire que d’autres, mais qui aimerait bien savoir ou passe « le pognon » de ses impôts, taxes et redevances, divers et variés, en constante augmentation.

Depuis la mi-novembre nous assistons à la fermeté de Macron et de son gouvernement toutefois égayée par des déclarations incongrues de certains ministres.

Quand je parle de fermeté j’évoque celle de ces blocs de granit apparemment indestructibles qui s’enfoncent lentement dans les sables mouvants de la baie de Somme.

Ça a commencé par la ministre des transports, Elisabeth Borne, qui a indiqué qu’il fallait changer nos modes de déplacement « pour moins de 50 euros on a une trottinette électrique » Dans l’Ariège, l’Ardèche, le Cantal et la Haute Corse les magasins spécialisés n’ont pas pu répondre à la demande des consommateurs pourtant bien décidés à faire en trottinette électrique, les 50 kilomètres qui les séparent des urgences, de la pharmacie ou de la perception……!! Si vous me passez l’expression je dirai qu’elle a dépassé les bornes l’Elisabeth

Pendant ce temps là Edouard et Manu maintiennent toujours le cap.

On a eu le petit Griveaux fustigeant les conducteurs de 4x4 et fumant des clopes, et poussant dans le mépris, il aurait pu ajouter « et qui se grattent l’entrejambe le soir accoudé devant le nième pastis vespéral »

Pendant ce temps là Edouard et Manu maintiennent toujours le cap.

On a eu Castaner, mentant avec l‘assurance du joueur de poker qu’il a été dans les tripots marseillais, annonçant, après un entretien avec Cedric Vilani médailles Fields de mathématiques, qu’il y avait 106 301 manifestants sur un peu plus de 2000 sites, c’est à dire 53 manifestants par site, dont 3 à 400 à Mende, 500 à Narbonne, autant à Carcassonne, 4 ou 500 sur l’autoroute A9, autant dans les PO au Marché Saint Charles et au Boulou à la frontière espagnole. Bizarrement un syndicat de police avait comptabilisé environ 750 000 manifestants dans toute la France, chiffre soigneusement tu par les médias qui se gardaient bien de ne pas oublier le cent six mille trois cent unième manifestant dans leurs commentaires.

Pendant ce temps là Edouard et Manu maintiennent toujours le cap mais annoncent un changement de méthode.

De la pédagogie ont-ils dit, pour évidemment ces ignares de français, qui évidemment ne comprennent rien, alors que bien évidemment le discours technocratique est évidemment limpide.

On a eu Macron, bravache lors de l’affaire Benalla « Qu’ils viennent me chercher ! » mais cadenassant les portes de l’Elysée lorsque les GJ obtempèrent à son injonction.

On a eu la finesse de l’analyse politique de Castaner décelant des relents du 6 février 1934 dans les manifs et le déferlement de l’ultra-droite dans les rues de Paris.

On a eu le petit Griveaux, encore plus fin analyste politique que Castaner apercevant des chemises brunes sous les gilets jaunes.

On a eu le préfet de police de Paris, pris par l’enthousiasme ambiant, déclarant qu’il n’avait jamais vu une telle violence. Un peu jeune monsieur. Moi j’ai le souvenir d’une manifestation de Français sans armes chantant des Marseillaise et agitant des drapeaux tricolores, dans une ville Française et se faisan tirer dessus par l’armée française ! Bilan 80 morts et 350 blessés . C’était à Alger ! C’était le 26 mars 1962 !

Pendant ce temps là Edouard et Manu maintiennent toujours le cap annoncent un changement de méthode, font de la pédagogie et annoncent quelques mesurettes .

L’agriculteur qui peine à dégager 500 euros de revenu mensuel, malgré des journées éreintantes, pourra bénéficier d’une prime de 4000 euros pour s’acheter une bagnole qui en vaut près de 30 000 !

Le jeune couple qui, en rognant sur toutes les dépenses, vient de s’acheter une petite maison dans un village de la Creuse  où lui fait de la mécanique et elle des heures de ménages, devra changer la chaudière avant 2022.

Et surtout la mesure la plus forte, certainement de nature à faire reculer la colère légitime des manifestants, la fermeture en 2035 au lieu de 2025 de la moitié du parc nucléaire français.

Pendant ce temps là Edouard et Manu maintiennent toujours le cap annoncent un changement de méthode et annoncent quelques mesures, Edouard, envoyé au front, est chargé de consulter.

Effectivement Manu, qui trouve le temps de faire des selfies avec d’improbables éphèbes mal éduqués ou le temps de recevoir les responsables autoproclamés de LGBT, n’a pas une minute à lui pour s’entretenir avec les responsables des partis politiques alors qu’il y a le feu au lac.

Pendant ce temps là la violence s’installe dans les rues de Paris, les forces de l’ordre ballotées par des instructions contradictoires, tentent de reprendre l’avantage face à des casseurs professionnels, certainement bien connus et qu’on n’a pas été capable d’interpeller préventivement alors qu’ils prenaient le métro le sac à dos chargé de boulons, de cocktails molotovs et de disqueuses, oui vous avez bien lu, de disqueuses  pour « décapiter » les grilles des jardins et balancer la pointe contre la police. A moins que ce ne fût délibéré….. ôtez moi d’un doute !

Au bout de trois semaines de réflexion et après consultation Edouard annonce qu’il comprend la colère et qu’il prend des mesures. Les taxes ne seront pas appliquées le 1° janvier 2019, on va réfléchir pendant 6 mois, ce qui est l’aveu qu’aucune réflexion de fond n’avait été faite sur l‘impact de la mesure

Pendant ce temps Manu prend le cap de l’Argentine, réunion du G20 où il est marginalisé et son économiste en chef celui de Bruxelles ou la position de la France sur le budget européen ou sur les travailleurs détachés des transports est balayée, pendant qu’un ministre allemand lui demande d’abandonner le siège de membre permanent au Conseil de Sécurité pour le refiler à l’Europe dont chacun sait que sa politique étrangère est parfaitement homogène (non je rigole) Sale temps sur la planète France !

A l’Assemblée, Edouard explique laborieusement les raisons du moratoire de six mois, promet de la con-certation  mais les con-cernés n’ont pas l’air con-vaincus

J’ai beaucoup aimé pendant ces trois semaines,les séquences de la macronie, ministres et députés, expliquant que c’était la faute de leurs prédécesseurs au pouvoir si la pression fiscale était si forte en France. Ils avaient parfaitement raison dans la mesure où beaucoup d’entre eux sont d’anciens socialistes convertis !!

J’ai beaucoup aimé la séquence élection du délégué général de En Marche.

Voilà des gens qui mettent le mot démocratie à toutes les sauces, qui revendiquent 340 000 adhérents, et, bien que le suffrage censitaire ai été aboli depuis 1848, n’en sélectionnent que 743 pour « élire » le délégué.  Seuls 367 d’entre eux se déplaceront pour voter. 

Le délégué général a obtenu 82% des suffrages claironnent les médias. Soit 300 voix.

A Cuba et en Corée du Nord on est élu avec 98% des voix. En Macronie on devient délégué du mouvement avec 0,09 % des adhérents !!!!!

Notez tout de même que l’intéressé vient de loin : Michel Rocard, puis Dominique Strauss-Kahn puis Pierre Moscovici. Le nouveau monde !!

Finalement, sans surprise, les espadrilles (même pas du niveau des godillots) marchant toujours dans le même sens de l’opportunité, Edouard obtient le soutien de « sa majorité » pour un moratoire.

Patatras, le soir même, il apprend, qu’après un coup de file avec de Rugy, Manu a décidé que les taxes ne seraient pas appliquées en 2019. 

Si ça n’est pas un coup de pied au c.l, et du Premier Ministre et des parlementaires marcheurs, je n’y comprends plus rien. Edouard dit qu’il n’y a pas de cacophonie. Ah bon! 

Aurais-je le mauvais goût de rappeler que le 23 octobre 2018 346 députés LREM-Modem, tous unis dans la même espadrille, ont approuvé le volet recettes du budget 2019 dont 3,8 milliards de taxes supplémentaires sur les produits pétroliers.

Pendant ce temps, sans débat national, Manu s’apprête à signer à Marrakech la Charte de l’ONU sur les migrants véritable poison pour les politiques migratoires des États….

Pendant ce temps Manu et Edouard main dans la main s’enfoncent dans les sondages d’opinion : respectivement 18% et 21% d’opinions positives.

Pendant ce temps ….entendez vous dans nos campagnes….!

Module mainbottom

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed molestie scelerisque ultrices. Nullam venenatis, felis ut accumsan vestibulum, diam leo congue nisl, eget luctus sapien libero eget urna. Duis ac pellentesque nisi.