S'il est vrai que la marque infaillible d'un mauvais règne est l'excés des louanges adressées au monarque, on sait ce qu'on doit penser de notre présent régime.

Jacques Soustelle

Patience, plus que ..
·seconde(s)·
·minute(s)·
·heure(s)·
·jour(s)

Les buccins de la communication élyséenne ont résonné (pas raisonné) dans toutes les gazettes écrites, radiophoniques et télévisuelles.

Le déficit de la France passait sous la barre mythique des 3%

Réjouissez vous manants, vous l’avez rêvé (bof) Macron l’a fait.

Ce qui est intéressant dans cette annonce, c’est l’habilité d’un garagiste maquillant le compteur kilométrique d’un véhicule d’occasion que nos gouvernants ont déployé.

Plusieurs éléments incontestables viennent au secours de ma théorie.

D’abord on nous explique que c’est grâce à la politique du gouvernement que le retour de la croissance permet cet exploit. Retour certes, mais nettement plus chez nos voisins qu’en France. En 2017 19 membres sur les 28 de l’Union ont enregistré une croissance supérieure à 3%, la France se trouvant, dans les cinq derniers du peloton, à égalité avec la Grèce à 1,6 %. Donc peut, nettement, beaucoup mieux faire

Ensuite on oublie de nous rappelez l’annulation par le Conseil Constitutionnel de la taxe sur les dividendes des entreprises. Le Monde écrivait « cette facture imprévue de quelque 10 milliards d’euros tombe mal, très mal. Ce qui est en jeu n’est rien moins que la capacité du pays à tenir un déficit public à 2,9 % du PIB en 2017 et à 2,6 % du PIB en 2018. »

Panique à bord à Bercy qui prend immédiatement le Thalys pour rendre visite à Moscovici, dont on se souvient les merveilles qu’il a faites lorsqu’il était ministre des finances et notamment lorsqu’il faisait voter cette taxe dans le cadre de la loi de finances rectificatives de 2012.

»Du point de vue de la Commission européenne, cette dépense pourrait être considérée comme ponctuelle, ce qu'on appelle un +one off+ dans le jargon", a-t-il dit dans un entretien au journal économique Les Echos.

Si tel était le cas, cela réduirait le risque que la France ne réussisse pas à sortir comme elle l'a promis de la procédure de déficit excessif dès 2017 et au-delà.

Concrètement, la facture de la taxe ne sera pas prise en compte dans l'évaluation de la réduction des déficits structurels. 

Donc :

Moscovici, commissaire européen français aux affaires économiques  absout Moscovici ancien ministre français des finances, des conséquences néfastes de la taxe qu’il a instauré. On est jamais si bien servi que par soi même!

Le montant de cette taxe sur les dividendes qui a été comptabilisée en recettes a donc permis de faire un peu baisser le déficit en son temps, mais il ne faut pas la comptabiliser en dépenses car ça risquerait maintenant de faire augmenter le déficit !!!

En ne prenant pas en compte un certain nombre de dépenses obligatoires on pourrait mathématiquement faire baisser encore plus vite le déficit.

Ni Keynes ni Hayek n’y avait pensé.

Enfin on passe largement sous silence un tout petit détail;

La dette de la France avoisine désormais les 100% du PIB. malgré les hausses importantes de la fiscalité directe et indirecte, et celle, plus faible, de la croissance, elle s’est alourdie de 66 milliards d’euros en 2017. L’État continue de vivre largement au dessus de ses moyens et c’est vrai qu’au fil des crises sociales qui égrènent leur litanie on entend plus souvent parler de dépenses supplémentaires que de réduction de ces dépenses.

A cet égard la déclaration récente, à l’occasion d’un déplacement en Corse,de Olivier Dussopt ex-socialiste  recyclé comme Secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Action et des Comptes Publics: « Les collectivités doivent travailler avec l’Etat pour maîtriser leurs dépenses » prend une saveur particulière …!!!

Quand je vous disais que les garagistes ripoux sont des enfants de choeur.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir